Marx et Spinoza (2)

Le groupe humain structuré en tant qu’individu

Les hommes, dont les capacités isolées sont très faibles, ont naturellement tendance à se réunir pour effectuer des tâches qui leur sont nécessaires mais qu’ils seraient incapables d’accomplir seuls. Cela va de la simple association de deux amis qui veulent enlever et déplacer un objet encombrant, à l’ASBL qui désire promouvoir la culture musicale dans un quartier, aux petites et grosses entreprises qui usinent et commercialisent des produits spécifiques, en passant par les institutions particulières d’un pays, comme l’institution judiciaire, pour arriver au pays lui-même et aux groupements de ceux-ci, comme l’Europe, par exemple.

Un groupement humain est une chose singulière de la nature et donc un individu, c’est-à-dire qu’il est constitué d’une infinité de parties extensives (extérieures les unes aux autres), reliées entre elles par un rapport caractéristique qui exprime son essence, sa raison d’être.

S’il est très difficile, sinon impossible de caractériser l’essence d’un individu humain et d’en donner explicitement son rapport caractéristique (peut-on vraiment « se connaître soi-même » ?), pour celle de l’individu-groupe, institué au départ dans un but précis, que l’on peut toujours interpréter comme une certaine production, le produit réalisé pouvant prendre diverses formes, comme celle d’un service,  cela est beaucoup plus facile, quoique souvent non explicité, alors que cette explicitation détaillée est, on le verra, de la plus haute importance.

Revenons à nos exemples.

Les deux amis qui assemblent leurs forces pour déplacer un objet encombrant, forment un individu constitué simplement des deux individus que sont ces amis, eux-mêmes constitués chacun d’une infinité de parties extensives qui, le temps de la vie du groupe, sont aussi des parties de ce dernier. On voit déjà ainsi qu’un groupe est un individu plus complexe qu’un être humain, mais aussi beaucoup moins intégré, unifié, chacune de ses composantes n’existant pas uniquement par et pour le groupe. L’essence de ce groupe, sa raison d’être, est claire : sa constitution ne vise que le déplacement de l’objet, et donc, son rapport caractéristique est de lier les deux amis par leur force individuelle pour ce travail à accomplir, le produit étant ce service rendu à l’un des deux amis, par exemple.

Le cas de l’ASBL est encore simple. Ses parties extensives sont les personnes qu’elle emploie, le matériel dont elle dispose, les locaux qu’elle occupe, etc. Son essence est sa raison d’être, la promotion de la culture musicale dans un quartier précis. « Désir-maître » (pour utiliser la terminologie de Lordon dans son livre Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza, voir notre article Spinoza et le travail salarié (2) : cadre spinoziste) d’un ou de plusieurs individus, il a dû, pour pouvoir être réalisé, recruter d’autres personnes qui sont devenues salariés de l’entreprise et qui vont œuvrer à sa réalisation. Le rapport caractéristique est donc le lien entre ces personnes et toutes les composantes matérielles du point de vue de cette réalisation. Les produits sont des concerts, des expositions, des conférences, etc. Et le travail consiste en leur organisation et leur publicité. Le rapport caractéristique, vu la taille encore restreinte du groupe et la relativement faible diversification des tâches, est toujours très clair aux yeux des membres du groupe.

Cette clarté va avoir tendance à diminuer et se diluer avec l’augmentation de la taille de l’entreprise et de la diversification des nombreuses tâches, souvent sans rapport évident avec la réalisation de l’essence, du désir-maître.

Envisageons le cas d’une entreprise d’une centaine de personne dont le désir-maître est, par exemple,  la réalisation et la commercialisation de logiciels de gestion de portefeuilles d’assurances destinés aux grosses sociétés d’assurances qui ont décidé d’externaliser cette tâche informatique afin de pouvoir se concentrer sur le cœur de leur activité. La complexité des projets et la taille de la société font que celle-ci va être constituée de sous-groupes spécialisés dans divers domaines, analyse, programmation, commercialisation, administration (comptabilité, gestion du personnel, entre autres), maintenance (entretien du matériel, des locaux, etc.) dont certains ont des tâches et des objectifs qui n’apparaissent plus en rapport direct avec le désir-maître initial. Il y a donc lieu alors de considérer les différents services évoqués comme des sous-individus, avec leurs propres parties extensives et leur rapport caractéristique, différent de celui de l’individu-entreprise, à l’instar de l’individu qu’est le cœur d’un homme et qu’on peut imaginer avoir un désir-maître (faire circuler le sang dans le corps) qui dirige ses différentes parties (ventricules, …), et qui peut être considéré indépendamment du rapport caractéristique de l’individu-homme dont il fait partie. C’est ainsi que la médecine moderne se répartit en de multiples spécialisations, chacune se focalisant sur un individu-organe et l’étudiant pour en décrire et tenter de soigner les différentes pathologies, indépendamment du tout et des autres parties, la cardiologie étant la spécialité s’occupant de l’individu-cœur. Pour en revenir à notre entreprise, il faut alors spécifier le rapport caractéristique liant les parties de chacun des individus-services. Celui de l’individu-maintenance sera alors le lien entre matériel et hommes de ce service dans le but de maintenir les locaux, les véhicules, les ordinateurs, et autres matériels en état optimal de fonctionnement afin que leurs utilisateurs puissent accomplir le mieux possible leurs tâches respectives. Le produit fourni est ce service rendu aux autres parties.

L’examen de l’individu qu’est l’institution judiciaire pénale de la Belgique ou de la France, par exemple, va nous permettre d’aller plus en profondeur dans la nécessité d’une spécification précise de l’essence et du rapport caractéristique des individus-groupes.

Le produit de cette institution est un service rendu aux citoyens du pays. Il serait trop simple de dire que ce service consiste à juger et punir les personnes coupables de certains délits qualifiés de pénaux, comme les assassinats, meurtres, violences physiques, vols, etc., car la simple vendetta ou vengeance personnelle répond à cette dénomination. La justice telle que nous la connaissons dans nos pays occidentaux est le produit d’une lente évolution dont l’un des buts était de ne plus appliquer une justice expéditive et arbitraire telle que la simple vengeance. C’est pourquoi elle s’est donné des principes fondamentaux à l’aune desquels toute disposition devrait être appréciée. Le rôle de la justice pénale est de condamner les coupables, les condamner tous, mais ne condamner qu’eux et les condamner à proportion de ce qu’ils méritent. De là découlent trois principes intangibles : celui de l’égalité entre les justiciables (traiter également des cas semblables), celui de rétribution (punir celui qui le mérite et celui-là seul) et celui d’équité (le punir comme il le mérite). De ces principes fondamentaux découlent des principes secondaires comme la présomption d’innocence et le secret de l’instruction, par exemple. On pourra donc dire que le rapport caractéristique qui relie les membres de l’institution judiciaire pénale, juges d’instruction, juges du fond aux divers degrés, procureurs, greffiers, …, est de fournir ce service de condamnation des coupables sous le couvert des trois principes fondamentaux cités dont l’esprit ne devrait être jamais violé.

Cet exemple montre que la définition de l’essence et du rapport caractéristique qui l’exprime devrait aussi comprendre des principes fondamentaux qui guident les actions de l’entreprise. Certains principes implicites auraient intérêt à être explicités. Ainsi, en général, une ASBL, par statuts, ne devrait pas viser l’obtention de bénéfices pécuniaires, toute entreprise commerciale devrait s’interdire quelque fraude que ce soit, des buts éthiques et sociaux pourraient être ajoutés aux buts lucratifs d’une société commerciale, etc.

Jean-Pierre Vandeuren

Publicités
Cet article, publié dans Général, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s