Les médias aujourd’hui : industrialisation des affects passionnels et manipulation du public (1/6)

Parcours en forme d’exergues

Une chanson-constat : Foule (Full ?) sentimentale (Alain Souchon) :

« Oh la la la vie en rose
Le rose qu’on nous propose
D’avoir les quantités d’choses

Qui donnent envie d’autre chose
Aïe, on nous fait croire
Que le bonheur c’est d’avoir
De l’avoir plein nos armoires
Dérisions de nous dérisoires car

Foule sentimentale
On a soif d’idéal
Attirée par les étoiles, les voiles
Que des choses pas commerciales
Foule sentimentale
Il faut voir comme on nous parle
Comme on nous parle

Il se dégage
De ces cartons d’emballage
Des gens lavés, hors d’usage
Et tristes et sans aucun avantage
On nous inflige
Des désirs qui nous affligent
On nous prend faut pas déconner dès qu’on est né
Pour des cons alors qu’on est
Des

Foules sentimentales
Avec soif d’idéal
Attirées par les étoiles, les voiles
Que des choses pas commerciales
Foule sentimentale
Il faut voir comme on nous parle
Comme on nous parle

On nous Claudia Schieffer
On nous Paul-Loup Sulitzer
Oh le mal qu’on peut nous faire
Et qui ravagea la moukère
Du ciel dévale
Un désir qui nous emballe
Pour demain nos enfants pâles
Un mieux, un rêve, un cheval

Foule sentimentale
On a soif d’idéal
Attirée par les étoiles, les voiles
Que des choses pas commerciales
Foule sentimentale
Il faut voir comme on nous parle
Comme on nous parle »

Un aveu de manipulation

« Pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c’est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible. » (Patrick Le Lay, PDG de TF1 en 2004)

Un constat de conséquences, parmi tant d’autres :

« Ces gosses aux crânes encore mous, ne semblent analyser le monde qu’à grand renfort d’émissions de télévision, de rumeurs et de on-dit. Une opinion molle, une pensée loukoum. Penser, peser, débattre, cela suppose un travail, une connaissance, une volonté. Toutes valeurs battues en brèche par le prêt-à-penser qui tient aujourd’hui lieu de culture. » (Jean-Paul Brighelli)

Organiser la résistance :

« S’opposer à tous les asservissements que peut produire la modernité deviendra l’apanage de quelques esprits miraculeusement maintenus en veille. » (Natacha Polony)

« Ha ! Ha ! les Compromis, les Préjugés, les Lâchetés ! … Que je pactise ?

Jamais ! Jamais ! Ah, te voilà, toi, la Sottise !

Je sais qu’à la fin vous me mettrez à bas ;

N’importe : je me bats ! Je me bats ! Je me bats ! » (Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac)

 

Comment réagir ? Comprendre ! :

« Nous ne connaissons avec certitude rien qui soit un bien ou un mal, si ce n’est ce qui conduit réellement à la compréhension, ou ce qui peut nous empêcher de comprendre. » (Spinoza, Eth IV, 27)

La télévision (et autres)

 

Depuis plus de 70 ans la télévision représente  le média de loin le plus important. En moyenne, chacun d’entre nous passe entre 3 et 5 heures vautré devant son poste de télé. Magnifique vecteur d’avachissement physique et intellectuel, de conditionnement et de manipulation psychique, il mérite amplement que, dans la suite, nous nous concentrions principalement sur lui, sans pour autant totalement négliger des références à la radio qui nous accompagne invariablement lors de nos plus en plus nombreux et longs trajets en voiture pour prolonger l’œuvre d’abêtissement instituée par la télévision mais interrompue par la nécessité des déplacements au profit de nos labeurs quotidiens. Nous n’oublierons pas non plus de nous pencher de temps en temps sur la presse écrite qui, pour une large part, contribue aussi à accentuer la pression délétère sur nos cervelles en se focalisant sur la diffusion d’informations ou d’articles descriptifs autant dénués d’analyse que d’intérêts.

Mais, en bons moutons de Panurge, nous nous y laissons prendre et suivons, pour la plupart, le troupeau dans son inexorable cheminement d’appauvrissement de nos facultés critiques.

Mais pourquoi ? Comment se fait-il que nous nous abandonnions irrésistiblement aux sirènes télévisuelles et restions collés devant des informations centrées sur des faits divers, des émissions de jeux ou de « téléréalités » ou politiques d’une stupidité déconcertante, des publicités abrutissantes omniprésentes ? La réponse est simple : les médias, et plus particulièrement la télévision, ont réussi à nous « passionner », au sens de déclencher les mécanismes universels de nos affects passionnels : « Pour chaque émission, ou presque, il est possible d’identifier un ressort émotionnel. » (Sébastien Bohler). Les médias sont devenus une véritable industrie de production de passions. Or les passions nous asservissent, constat qui est à la base de L’Ethique spinoziste, dont la quatrième partie est justement nommée De la servitude humaine ou de la force des affects, et dont le but affiché est de nous proposer un cheminement éthique vers notre libération de cette servitude passionnelle en utilisant la force de notre esprit (Partie V : De la puissance de l’entendement ou de la liberté humaine).  En conséquence, en produisant des affects passionnels en quantité industrielles, les médias nous asservissent dans le but, avoué d’ailleurs ouvertement par le PDG de TF1 dans la déclaration reprise plus haut, de nous manipuler afin de nous rendre réceptif aux messages publicitaires, entre autres.

Alors, si nous désirons échapper à cette manipulation ; il importe d’abord de nous délivrer de cette servitude passionnelle instituée, et donc, en premier lieu, de dévoiler les ressorts émotionnels qui permettent aux médias d’enclencher les mécanismes des passions. C’est à ce dévoilement qu’est consacrée la série d’articles qui suivent.

Jean-Pierre Vandeuren

Publicités
Cet article, publié dans Général, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s